La Ligne Jaune il y a 3 heures
le jeudi 2 avril 2020 23:48
En une semaine, de nombreux résultats préliminaires et contradictoires se sont accumulés au sujet de l'efficacité de l'hydroxychloroquine dans le traitement de l'infection par le Sars-CoV-2.
Le Quotidien du médecin
lequotidiendumedecin.fr
0 0
publié il y a 4 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:18

Trois petits cochons avaient bâti une solide maison de briques et de ciment, équipée en tout pour les protéger durablement. Mais le loup Emmanuel-François-Nicolas (il prit ce prénom pour sembler fort intelligent, gentil, efficace et surtout très savant) vint à l’huis leur parler, pour les convaincre de l’inutilité d’une telle installation dans un monde où aucun danger ne s’était manifesté depuis si longtemps, ceux qu’on avait vu étant resté bénins et sans conséquence. Au regard de quoi, argumenta-t-il, point n’était nécessaire de conserver tant de place, de grandeur et d’équipements si lourds à entretenir journellement, hebdomadairement et annuellement ; il leur proposa de construire un joli chalet de bois, bien plus léger, aéré, facile à fabriquer et d’un coût très nettement inférieur à cette horrible maison trop massive, trop exigeante et très chère.

Les trois petits cochons se consultèrent et décidèrent de suivre la recommandation d’Emmanuel-François-Nicolas, qui conduisit les travaux d’allègement et d’amaigrissement des murs, du toit et des fondations, délaissant les aménagements précédents bientôt réduits au strict nécessaire : une porte.

Il est vrai qu’au début, nos trois petits cochons apprécièrent une telle légèreté, une telle simplicité d’usage, d’autant qu’Emmanuel-François-Nicolas le loup avait privatisé la première maison de briques pour en faire une bien jolie banque. 

Mais les petits cochons n’y prirent trop garde, nonobstant le souvenir d’en avoir moulé, séché, cuite et assemblé à la main, une à une, chaque briquette avec amour et sueur, et attendu que ladite banque leur promettait monts et merveilles ruisselantes desdits monts très, très vite.

Or ils s’aperçurent bientôt qu’en leur nouvel habitat le toit prenait l’eau, l’humidité pourrissait le bois et la terre battue collait à leurs pieds l’automne, l’hiver traversait les murs à grands coups de blizzard glacial et s’écrasait sous le poids des neiges ; ils ne purent pas même allumer de feu tant le danger d’incendie était grand. L’été les obligeait à rester dehors, le feu du soleil n’étant quelque peu atténué qu’avec les petits courants d’air dévalant des monts dans la plaine.

Alors le loup Emmanuel-François-Nicolas reconnu parfaitement ces inconvénients et promis durant les cinq ans suivants d’y remédier aussitôt ; il appela pour y atteindre l’effort des trois petits cochons, leur promettant que tous les sacrifices à venir allaient leur permettre de revenir à la situation antérieure à condition de faire montre de rigueur et d’austérité, car la banque voulait bien céder de ses briques à condition d’être alimentée en bois tout l’hiver. Les trois petits cochons se consultèrent sans se mettre d’accord, le loup grogna, attenta à la pudeur en montrant des dents, et nos trois amis se soumirent à l’injonction. Ils portèrent toutes les poutres, les solives et les ais de leur maison à la banque et se demandèrent bien où ils pouvaient aller dormir le soir, lorsque le loup Emmanuel-François-Nicolas les aborda de nouveau plein de sa fougueuse jeunesse, fit montre d’un excellent discours d’enrobé-drainant collant comme poisse et brillant comme projet. Les trois petits cochons se consultèrent et en déduire qu’au pire on ne pouvait que mieux applaudir au projet, se jetèrent à merci du loup et attendirent ses ordres.
Et il ordonna.

Par ordonnance fort médicale au début, laquelle ordonnance recommandait de construire une hutte de paille après en avoir séparé les blés qui furent porté à dos de cochon jusqu’à la banque, où ils disparurent par une sorte d’enchantement dont on cherche encore la composition et les rimes. Bref, nos trois petits cochons ayant au moins cet abri à bâtir s’y attelèrent fort vite avant la nuit, qui les vit s’endormir bientôt.
Mais dès potron-minet, dans la fraîcheur du petit matin, une très vilaine grippe les cloua tous sous la paille toute humide de la nuit : la meule entière s’était effondrée et le vent en avait emporté la plus grande part ; c’est alors que le loup Emmanuel-François-Nicolas vint à eux et déclara : « Ah ! Pauvres petits cochons ! Nous mettons tout en œuvre pour vous sauver la vie, mais il n’est pas possible de vous chauffer tous devant une cheminée de brique et un grand nombre d’entre vous devra mourir hélas ! Nous vous assurons toutefois que tous les services en l’état sont à pied d’œuvre pour trouver des solutions de sortie de crise car c’est l’avenir, et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir croyez-le s’il vous plaît, mais vous devez impérativement consentir au sacrifice de quelques-uns de vous ici confinés pour satisfaire à l’appétit de la bête !

Les autres devront redoubler d’effort afin de compenser cette perte et rassembler la paille pour changer le lit de la banque. Comptant sur votre compréhension, veuillez agréer, mes chers compatriotes, l’expression solennelle de notre plus profonde compassion, empathie, partage de votre souffrance et souhait de prompt rétablissement pour le prochain casse-croûte. Salut et fraternité ! »

Puis il s’éloigna emportant le corps du premier mort jusqu’à la banque où il pendit la crémaillère.

FIN 

Journet
dépt.91
0 0
publié il y a 4 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:03
La Ligne Jaune
0 0
publié il y a 5 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:02
La Ligne Jaune
0 0
publié il y a 5 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:01
La Ligne Jaune
0 0
publié il y a 5 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:00
La Ligne Jaune
0 0
La Ligne Jaune il y a 5 heures
le jeudi 2 avril 2020 22:00
La Ligne Jaune il y a 5 heures
le jeudi 2 avril 2020 21:59
Les études comparatives randomisées (les patients sont tirés au hasard pour recevoir un traitement ou un autre) ont bénéficié depuis le début du XXIe siècle d’un engouement considérable, poussé à la fois par l’industrie pharmaceutique et par un nouveau groupe de chercheurs spécialistes d’analyses des data produites par les autres, que sont les méthodologistes. Cette approche est restée contestée, et les 2 articles, les plus cités dans ce domaine, concluent que les essais randomisés ne sont pas supérieurs aux essais observationnels.
Le Quotidien du médecin
lequotidiendumedecin.fr
0 0