Thème : Horizontalité / Verticalité - Démocratie directe / Démocratie représentative

Je pense que les GJ se prennent bcp trop la tête à vouloir répondre à des questions qui se posent depuis plus de 5000 ans : comment gérer les choix, les désirs, les orientations des communautés humaines ? Des milliers de philosophes et de gens très intelligents s'y sont cassés les dents. Y répondre ne pourra s'agir que de compromis. Il n'est même pas question de nature humaine (c'est peut-être là l'erreur ? Croire que ces problèmes seraient dus à la nature humaine) mais de mécanique : dès lors qu'il y a un émetteur, il y a DES récepteurs. Forcément !! A moment donné il y a une phase où l'info s'échange en faisceau et pas en réseau comme on aimerait le faire accroire. Les fantasmes de démocratie horizontale sont en rupture avec la réalité. La démocratie directe est un déni non pas des impossibilités dues à la nature humaine, mais aussi de la physique, du réel, du concret. J'écris en ce moment. Je suis le seul à frapper ces mots sur le clavier. Pas toi, pas vous les lecteurs. Pourtant le sens de ce que j'écris s'insinue dans votre esprit. Il en va de même avec la prise de décision. Les récepteurs, les "votants" se rassureront parce qu'ils auront mis en oeuvre leur libre-arbitre, mais celui-ci dans l'absolu ne sera qu'un leurre. A l'origine, une personne ou qques personnes auront dessiné, orienté la décision ne serait-ce que par la façon de poser la problématique. Aménageons les clauses de contre-pouvoirs, de mandats impératifs, les clauses abrogatoires, révocatoires etc... mais arrêtons de nous braquer dès lors qu'il s'agit de laisser un homme ou une femme prendre des initiatives. 

La Ligne Jaune
10 268